Les arrêtés préfectoraux relatifs à l’exercice de la pêche dans le département de la Manche sont encore en consultation publique jusqu’au 17 février sur le site www.manche.gouv.fr à l’adresse suivante : https://www.manche.gouv.fr/Publications/Annonces-avis/Consultation-du-public/Peche-en-eau-douce/Mise-a-disposition-des-projets-d-arretes-de-la-peche-en-eau-douce-pour-l-annee-2022?fbclid=IwAR2AcFuL-keu6exAZ9OMARJyJB2lVPjuKC3-GXTWEPGi0DMC7bGwd504WeE

La Fédération Départementale pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique de la Manche s’oppose à l’article 18 de l’arrêté permanent relatif à l’exercice de la pêche en eau douce dans le département de la Manche. Cet article, si validé, priverait les pêcheurs du bassin de la Sée d’exercer leur loisir du mois de juin jusqu’à la fermeture de la truite sur le secteur compris de Cuves à Chérencé-le-Roussel et de Tirepied à Chérencé une partie de l’année (voir le schéma du projet ci-joint).

Cette mesure de lutte contre le braconnage du saumon dans le sud manche ne nous parait pas adaptée et priverait également les pêcheurs de truites d’une partie non négligeable de leur saison.

Nous vous reproduisons ci-dessous la déposition faite par la FDAAPPMA 50.

Monsieur le Préfet de la Manche,

Le projet d’arrêté objet de la présente consultation publique a été bâti en concertation avec les services de la Fédération Départementale des Associations Agréées pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique de la Manche. Il nous paraît, bien évidemment, tout à fait satisfaisant, à l’exception de la partie de l’article 18 relatif aux réserves de pêche temporaires sur la rivière « la Sée » :

Ces réserves totales destinées à épargner les saumons de printemps nous paraissent radicales et lourdement pénalisantes à plusieurs titres :

L’expérimentation d’une partie de ces réserves durant la saison 2021 s’est soldée par un relatif échec, puisqu’aucune infraction n’a été constatée sur ces secteurs alors qu’il existe la présomption de nombreux braconnages de saumons.

Elles empêchent toute pêche sur la plus grande partie de l’axe. L’AAPPMA de Brécey, par exemple, sera ainsi amputée de tout parcours sur la Sée pour un mois à partir de mi-juin et des 2/3 amont à partir de mi-juillet. En cas d’été sec à étiage sévère qui rendrait difficile ou dangereux la pratique de la pêcher sur les affluents pour la faune (interdiction qui pourrait être entérinée par un arrêté sècheresse comme certaines années antérieures), cette AAPPMA disparaitrait virtuellement dès le printemps.

La FDAAPPMA 50 doit organiser des animations de pêche et de sensibilisation à l’environnement en collaboration avec la communauté d’agglomération MSMN et l’Office de Tourisme sur les parcours et aux périodes concernées par ces réserves. Ces animations seront impossibles alors même qu’elles sont un moyen de transmettre les bonnes pratiques pour l’exercice de ce loisir.

Elles laissent le champ libre aux braconniers qui ne seront plus dérangés ni susceptibles d’être reconnus par les pratiquants en règle qui « occuperaient » les parcours sans la mise en place de ces réserves sur les périodes sensibles.

Si le contrôle s’en trouve effectivement facilité, les contrevenants surpris en action de pêche sur ces réserves temporaires ne le seront qu’au titre de leur violation. Ce type d’infraction n’est pas d’une nature rédhibitoire pour la poursuite ultérieure du braconnage, surtout s’il continue de se dire localement que les contrôles ne sont pas fréquents.

La FDAAPPMA 50 réclame donc que ne soient pas mises en place ces réserves temporaires sur la Sée qui font peser la charge de la privation sur les pratiquants honnêtes, mais que des contrôles puissent être menés y compris hors périodes d’ouverture de la pêche. La Fédération assure qu’elle se portera partie civile contre tout contrevenant objet d’une procédure judiciaire dans le but de réclamer réparation au nom de tous ses adhérents pour le préjudice subi et de faire passer l’envie à la minorité de contrevenants qui nuisent à la fois :

aux efforts de préservation de la ressource naturelle,

à la réputation de la pêche de loisir,• au malaise né du sentiment de l’impunité des braconniers dont on connaît l’efficacité localement

aux droits de ceux qui respectent la règle.

Certain que vous saurez comprendre les enjeux, veuillez agréer, monsieur le Préfet, l’expression de mes salutations respectueuses,

Claude BUHAN Président de la FDAAPPMA 50

Partager cet article

1 commentaire sur “Les projets d’arrêtés “pêche” (permanent et migrateurs)”

  1. bonjour au lieu de tout interdire en ce qui concerne la peche a la truite il serait plus judicieux de réglementé celle ci. à commencer par supprimer la tresse <pas utile pour la truite< ,et réglementer la taille du fil maximun 20 centième et supprimer a partir du 12 juin la peche au ver ce serait déjà un pas en avant.Si vous voulez protéger le saumon il faut interdire totalement la peche au ver il en resterait beaucoup plus pour la reproduction pour info je peche la sée depuis 1977.en attendant des décisions cohérentes recevez mes sincères salutations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *