Reportage n°13 - Plan d'eau du Breuil en Bessin (14)

Reportage n°1 - La Touques Amont (14 et 61)
Reportage n°4 - La Touques (14)
Reportage n°8 - Le Noireau et la Druance (14)
Reportage n°10 - L'Orne (14)
Reportage n°13 - Plan d'eau du Breuil en Bessin (14)
Reportage n°14 - La Dives (14)
Reportage n°15 - L'Aure (14)
Reportage n°17 - L'Odon (14)
Reportage n°20 - L'Orne (14)
Reportage n°22 - La Dorette, le Montreuil et l'Ancre (14)
Reportage n°28 - L'Orne (14)

Reportage n° 13 - Pêche sur le plan d'eau du Breuil en Bessin

 

 


Jeudi 16 Mai 2013

Le plan d'eau du Breuil-en-Bessin a été acquis par la Fédération du Calvados en 2012 avec le concours financier de l'EHGO et de la Fédération Nationale de la Pêche en France (FNPF). Cet achat rentre dans le cadre de la politique de diversification de l'offre de pêche que mène la Fédération depuis plusieurs années.

Après l'acquisition de parcours en bord de cours d'eau et d'un premier plan d'eau, elle a voulu offrir aux pêcheurs un lieu où pratiquer la pêche des cyprinidés et notamment celle de la carpe. Les densités importantes en carpe commune et carpe miroir avec des individus dépassant les 10 kg permettront de satisfaire à coup sûr les amoureux de la pêche au coup, au feeder et autres techniques.

 

Compte tenu de la surface limitée du plan d'eau (1 ha), elle a décidé de limiter la pêche à une canne. En vue de mettre en valeur ce nouveau site, la Fédération s'est rapprochée de la FNPF et a obtenu le label passion pour la qualité du peuplement piscicole mais également pour la qualité paysagère du site. Afin d'améliorer les conditions d'accès et de pratique de la pêche, elle souhaite continuer à l'aménager avec notamment la mise en place d'une signalétique et la création de places de parking.

  

 

 

Technique utilisée par Emmanuel dit MANU

Matériel utilisé:

Prévoir tout d'abord une canne robuste spécialement conçue pour la pêche de gros poissons  étant donné qu'il est possible de réaliser des captures avoisinant les 8 kg. Concernant sa longueur, elle devra être supérieur à 6m afin de pouvoir travailler ces "boules de nerfs", en effet nous parlons bien ici d'un poisson qui ne s'avoue vaincu et qui vous donnera bien du fil à retordre.

 

 

De la même manière, il est indispensable que votre canne soit équipée en conséquence, et notamment  d'un élastique intérieur de gros diamètre (plus de 2.5mm)  sur au minimum deux brins de cannes (scion et porte-scion). N'hésitez pas à monter une ligne robuste; un bon 20 centième armé d'un hameçon fort de fer en 14devrait faire l'affaire. Si vous pêchez  à proximité d'endroits encombrés tels que les branchages, veillez à tendre d'avantage votre élastique ce qui permettra de casser plus rapidement le "rush" de l'individu piqué.

N'utilisez pas une ligne trop lourde, généralement 0.40g par mètre de fond (soit par exemple un flotteur de 0.80g pour 2m de profondeur) suffit largement, les carpes étant considérées comme de gros poissons, elles n'en sont pas moins méfiantes quand à la présentation de l'esche (bouquets d'asticots rouges, maïs, pellet...).

 

L'amorce utilisée devra être relativement riche et de grosse granulométrie de type "carpe" ou "gros poissons". Enfin, l'utilisation de pellets (avec parcimonie) semble être la technique la plus fructueuse et vous permettra de réaliser les plus grosses bourriches.

  

 

 


Technique employée par DAMIEN

  Matériel utilisé:

« Pour ma part, Manu et Régis étant à la grande canne, la pêche au feeder me semblait appropriée pour pêcher ce plan d'eau. Pour ce qui ne connaissent pas la pêche au feeder, le principe est simple, une canne avec un moulinet, un scion quiver (scion souple de manière à détecter les touches), des cages feeder, de l'amorce et de la concentration, beaucoup de concentration. En effet, les touches se détectent en observant le scion de la canne.

  

 

 

Arrivé le matin, et en discutant avec Manu qui avait pêché ce plan d'eau quelques fois, il pense que je devrais essayer à proximité de l'ilot présent sur le plan d'eau et que je devrais éviter un amorçage massif qui  à tendance à « gaver les poissons ». Le poste étant choisi, je choisi l'option de n'amorcer qu'à la cage feeder.

Je commence à pêcher sur une zone assez retirée du bord à environ 40 m du bord à proximité de l'ilot. La profondeur est faible (environ 1 mètre) avec la présence d'herbiers et de branches. Au bout d'une demi-heure, la première touche apparait, mais sans excuse, je manque mon ferrage et le poisson aussi.

J'ai oublié de vous dire, aujourd'hui, on cherchait les « gros poissons » donc j'avais opté pour un bas de ligne de 20 centièmes avec un hameçon de 12 et pelote d'asticots.

 

Donc pour reprendre la narration de ma pêche, les touches se succèdent mais en vain, soit mes ferrages ne sont pas appropriés, soit les petits poissons viennent taquiner mes asticots sur la zone de pêche. J'opterais pour cette deuxième solution. Car dès que les poissons deviennent un peu plus gros, je réussis à les sortir comme des rotengles. Mais pour ma part, aucune trace de ces gros poissons tant promis par nos collègues calvadosiens.

Ce plan d'eau est adapté pour la pêche au feeder mais cette journée fût un peu une journée « sans ». Dans tous les cas, une présence régulière sur la zone de pêche favorisera la pêche des gros poissons. »

 

 
 
Fédération de la Manche pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique
16 Rue du Pont l'Abbé BP 89 - 50190 PERIERS