Reportage n°18 - Le Sarthon (61)

Reportage n°1 - La Touques Amont (14 et 61)
Reportage n°3 - La Rouvre (61)
Reportage n°6 - Le Lac de Rabodanges (61)
Reportage n°9 - L'Huisne (61)
Reportage n°11 - L'Egrenne et la Sonce (61 et 50)
Reportage n°16 - La Sarthe (61)
Reportage n°18 - Le Sarthon (61)
Reportage n°21 - La Sarthe Amont
Reportage n°23 - L'Udon (61)
Reportage n°26 - L'Orne (61)
Reportage n°30 - La Varenne (61)

Reportage n°18 - Pêche de la truite sur le Sarthon (61)


AAPPMA La Roche Mabile - EHGO

  

   

 

 

 .

 

Pour notre seconde destination, nous vous emmenons à la découverte du Sarthon, une rivière proche d'Alençon(61), classée en première catégorie jusqu'à sa confluence avec la rivière la Sarthe. Je connais particulièrement cette région car c'est là que j'ai fait mes premières armes de pêcheur de truites.

C'était « ma » destination gros poissons. Depuis, j'y retourne de temps en temps pour voir comment évoluent les populations de cette jolie petite rivière.

  

  

.Nous retrouvons Patrick Boé, président de l'AAPPMA de la Roche Mabile (EHGO), une association dynamique qui a fait le choix, en partenariat avec le Parc Régional Normandie Maine,  de placer tous ses parcours en gestion patrimoniale, d'améliorer et de préserver au maximum l'habitat.

                    

 

 

 

Station n°1 : Le Sarthon - La Guèferie (61)

.La pêche débute sur la partie située en amont du village de la Roche Mabile au lieu-dit la Guéferie. Nous sommes à proximité de la forêt d'Ecouves, la majeure partie de l'eau du Sarthon sur ce secteur provient d'affluents qui traversent ces bois. La rivière large de 3 à 4m sur cette portion s'écoule sur un lit caillouteux dans une vallée bocagère

Damien, Manu et moi optons pour le toc, tandis que Jérôme et Benjamin sont au leurre et au vairon. Les températures froides pour la saison associées au vent et à des eaux claires ne nous facilitent pas la pêche. Seules les petites truites de la saison dernière sont en activité, elles témoignent de la qualité des zones de frayère retrouvées grâce aux aménagements réalisés sur les ouvrages.

 

.Les plus jolies truites sont souvent embusquées sous les racines et les souches en extérieur de virage. Nous sortons quelques poissons de 24, 25cm, bien loin des plus jolies truites qui occupent ce parcours et qui peuvent passer les 40cm. Cette portion est très agréable à pratiquer au toc et au vairon en début de saison et devient, une fois en étiage un joli terrain de jeu pour les pêcheurs à l'ultra léger confirmés.

 

 

 

Station n°2 : Le Sarthon - La Forge (61)

.Nous redescendons ensuite juste en aval de la Roche, au lieu-dit la Forge. La rivière est ici plus large (environ 6m) et plus profonde. Les méandres, plus marqués et plus creux sont agréables à pratiquer au lancer léger. Manu touche rapidement 4 poissons à la cuillère, en aval du pont avant que l'activité ne retombe.

 

Nous allons tous toucher quelques poissons, malheureusement les tailles restes modestes. Je constate qu'au niveau de l'activité la rivière n'a pas changé, c'est tout ou rien ! Les truites du Sarthon ont cette fâcheuse tendance à se montrer discrètes pour sortir toutes en même temps pendant une période assez courte. Nous avions programmé cette date un peu tard en saison dans l'espoir que les insectes les tiennent en appétit une partie de la journée.

 

.C'est manqué, pas un insecte à l'horizon! J'ai souvent fait de belles pêches sur ces secteurs pendant la période des mouches de mai, les gros poissons sont alors mordeurs une bonne partie de la journée. La pêche à la mouche y est possible, à condition de maîtriser le sujet et de sélectionner les coups. Les poissons peu sollicités de la sorte sont en général joueurs.

 

La zone en amont du pont est un peu plus profonde et moins courante que celle de l'aval. Elle abrite de jolies truites qui sortent régulièrement lors des coups d'eau et les soirs orageux.

 

 

Station n°3 : Le Sarthon - Vaugibert(61).

 

Nous descendons ensuite sur les parcours de la Gaulle Alençonnaise en aval de Saint Denis sur Sarthon au lieu-dit Vauguibert. La rivière est ici encore plus large, particulièrement à la fin du deuxième champ en aval du pont. Elle est toujours entourée de prairies. Le cours d'eau propose une alternance de parties relativement rectilignes et de méandres assez profonds, souvent bordées de souches et de racines immergées.

 

.C'est sans aucun doute le secteur qui abrite les plus gros poissons dont certains spécimens dépassent les 50cm. J'y suis allé deux fois en début de saison, à chaque fois des poissons de plus de 30cm étaient au rendez-vous et j'ai décroché un vrai gros poisson. La même chose va arriver à Manu qui est passé au toc pour l'occasion.

 

Nous allons tous toucher des poissons, malheureusement Jérôme décroche, lui aussi, une très belle truite au toc  au moment de la sortir de l'eau. Benjamin et moi optons pour le lancer et le vairon, nous allons principalement toucher des petits poissons, néanmoins quelques-unes sont un peu plus sympa et avoisinent les 28cm.

 

.Ce secteur est très agréable à pratiquer en marchant dans l'eau lorsque la rivière est à l'étiage en utilisant des petites cuillères et des poissons nageurs. Les arbres offrent une zone ombragée propice à la présence d'insectes qui permettent de trouver des poissons actifs une bonne partie de la journée à la belle saison. Quand les débits sont un peu plus hauts, le toc et le vairon le long des racines restent incontournables et réserve des bien jolies surprises si vous parvenez à les stopper avant qu'elles ne regagnent leurs repères.

 Même si la pêche n'a pas était simple lors de cette journée, je suis agréablement surpris par la quantité de truitelles présentent sur les parcours que nous avons pratiqué. Je suis certain que la population du Sarthon s'étoffe d'année en année et que le meilleur reste à venir. J'y retournerai plus régulièrement c'est certain.

 

Le matériel à prévoir :

Pour le toc : une canne de 3,90 ou 4,20m de type anglaise permet de pêcher l'ensemble des parcours sans problème. Un corps de ligne en 18 et des bas de ligne en 14 par eaux basses et 16 par eaux fortes conviennent parfaitement. Pour les esches, vers de terreaux, teignes, portes bois, et criquets en fonction de la saison et des débits couvrent l'ensemble des situations.

Pour le vairon : une canne de 3m à 3,50m avec un moulinet garnit en 18 ou 20 centièmes et quelques godilles et le tour est joué. Pour ce qui est des vairons, il y en a plein sur place...

Au leurre, par eaux fortes, la canne type vairon est parfaite, en revanche par eaux basses, une canne de 1,8m en 2-8gr permet de pratiquer à la fois avec des poissons nageurs coulant et suspending de 3 à 5cm et des petites cuillères en taille1, 0 et un peu moins souvent 00. Les tons argenté et doré couvrent la plupart des situations quelques soit les leurres. Veillez à prévoir un moulinet avec un bon ratio et un frein doux et progressif.

 

GAËL EVEN

 .

 

 

 
 
Fédération de la Manche pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique
16 Rue du Pont l'Abbé BP 89 - 50190 PERIERS