Reportage n°28 - L'Orne (14)

Reportage n°1 - La Touques Amont (14 et 61)
Reportage n°4 - La Touques (14)
Reportage n°8 - Le Noireau et la Druance (14)
Reportage n°10 - L'Orne (14)
Reportage n°13 - Plan d'eau du Breuil en Bessin (14)
Reportage n°14 - La Dives (14)
Reportage n°15 - L'Aure (14)
Reportage n°17 - L'Odon (14)
Reportage n°20 - L'Orne (14)
Reportage n°22 - La Dorette, le Montreuil et l'Ancre (14)
Reportage n°28 - L'Orne (14)

Reportage n°28 - A la découverte de l'Orne aux portes du Calvados (14)

 

 

 

 

 

 


Pour cette sortie de fin d'été nous vous invitons à nous suivre à nouveau à la découverte de l'Orne à hauteur de Pont-d'Ouilly. L'AAPPMA des Pêcheurs de Pont d'Ouilly est adhérente à l'EHGO. Nous avions déjà effectué une sortie sur ce secteur l'année dernière pour constater l'évolution des populations de salmonidés suite à la suppression des ouvrages du Bateau et ceux du Mesnil Villement. Une sortie riche en touches et en truites. L'Orne recèle bien d'autres surprises et c'est pourquoi nous avons décidé d'y retourner en nous focalisant d'avantage sur les parties un peu plus profondes mais tout de même courantes.

 

Nous débutons notre périple en amont de Pont-d'Ouilly en nous garant sur la D167, au pied du Rocher du Lion.

 

L'Orne s'écoule ici paisiblement sur un fond relativement dur avec une profondeur moyenne d'environ 1,3m en amont de la ruine du pont pour atteindre les deux mètres en aval. L'eau encore chaude nous incite à privilégier les parties relativement courantes pour rechercher les perches et les chevesnes. Facile et ludique, cette pêche à vue est bien souvent celle qui apporte le plus de touches pendant les mois de septembre et octobre. Un peu plus tard en saison, les nombreux arbres immergés ainsi que les blocs dans le lit du fleuve offrent de réelles possibilités de toucher de jolis brochets ainsi que quelques sandres.

 Nous remontons donc vers l'amont, les yeux rivés sur les bordures d'herbiers et autres branches baignantes. La rivière semble endormie, pas de gobages, pas de petits poissons sur les bordures. Benjamin et Manu touchent quelques perches minuscules à l'ondulante et avec des micro-spinner. Un peu plus haut un groupe de gros chevesnes, dont certains dépassent les 50cm, se déplacent nonchalamment le long des bordures en ignorant les leurres que nous leur présentons.

 A la fin du second champ, je touche une jolie truite sur une ondulante et décroche certainement une jolie perche quelques lancers plus tard au poisson nageur. En redescendant, Benjamin opte pour un petit leurre souple et touche rapidement quelques petites perches et un sandre correct. Le temps de prendre des petites perches au Pont-Cassé et il est déjà l'heure de partir. Néanmoins sachez que la partie entre la ruine du pont et le bourg de Pont d'Ouilly est pêchable facilement et qu'elle offre entre, les nombreuses racines, les rochers dans le lit et la sortie du Noireau, une multitude de postes pour les carnassiers.

 
     

La seconde étape nous conduit à quelques kilomètres en aval de Pont d'Ouilly, en rive gauche cette fois, au lieu-dit la Courbe en aval du Barrage de Saint Christophe.

 


La pêche à l'aval immédiat du barrage est interdite mais les courants en rive droite à une grosse centaine de mètres offrent les premières chances de toucher des poissons. L'an passé l'eau fraiche nous avait permis de prendre plusieurs truites, cette année ce sont les chevesnes qui feront les frais de nos petites ondulantes et autres poissons nageurs. Plus en aval, l'Orne s'écoule dans une grosse veine d'eau beaucoup plus profonde. A peine arrivé sur place, une jolie chasse de perche éclate devant moi. Le temps d'en prendre une et d'attendre que Benjamin et Mathias notre caméraman du jour me rejoignent pour immortaliser les prises en direct et une bordée de kayak va caller les poissons momentanément.

Cette partie de l'Orne est en effet très fréquentée par ces embarcations à la belle saison. Si vous aimez pêcher tranquillement, je vous conseille de n'y faire que les coups du matin et du soir où alors d'attendre la mi-septembre pour pratiquer ce secteur. Quoi qu'il en soit les poissons sont habitués à ce phénomène et se remettent rapidement en activité. En passant avec de petits shads, nous allons toucher pas mal de perches, dont quelques jolies. Sachez que cette partie un peu plus profonde, presque 2m, réserve de belles surprises avec la présence régulière de brochets et de sandres. Nous redescendons ensuite plus en aval. L'Orne s'écoule ici dans une grande ligne droite assez large avec de très nombreux herbiers. Néanmoins une belle veine d'eau en rive gauche offre un espace assez dégagé dans lequel Benjamin continu de prendre des perches avec ses petits leurres souples tandis que je prospecte au poisson nageur à la recherche des chevesnes. Ces derniers biens présents sur le secteur peuvent atteindre des tailles assez impressionnantes.

Je vais avoir pas mal de touches mais souvent trop courtes pour finaliser l'action par une capture. Néanmoins certains vont venir prendre la pause. Même si je ne les prends pas tous, le fait de voir les vagues se lever au passage de mon leurre rend cette pêche très ludique. Un petit pique d'activité va même nous permettre de les pêcher à l'aide de petits leurres de surface. Il est maintenant 18h, la journée se termine pour nous, il fait plus de 30 degrés. Le fait de pratiquer les pieds dans l'eau offre une fraicheur plus qu'appréciable dans ces conditions et qui plus est, avec de nombreuses touches à la clef. Ce type de secteur existe tout au long du parcours de l'Orne au travers de la Suisse Normande notamment à hauteur de Clécy. Vous pouvez donc envisager d'y consacrer une journée complète sans aucun problème.


   

  

   

   

Le matériel à prévoir :


Cuissardes ou waders ainsi qu'une paire de lunettes polarisantes.

 Une canne de 1,8 à 2,1m avec une puissance comprise entre 2-8gr et 5-25 fait parfaitement l'affaire. Le moulinet en taille 2500 garni avec de la tresse en 8 ou 10 centièmes avec des bas de ligne entre 16 et 22 centièmes en fluoro en fonction des débits et de la taille des leurres employés.

 Au niveau des leurres, un assortiment de petits poissons nageurs de 3 à 7cm de type leurre à truite, en panachant les couleurs naturelles et flashy fait parfaitement l'affaire. Deux ou trois petits poppers et stickbait dans les mêmes tailles assurent le complément. Quelques petits leurres souples de type shad de 3 à 5cm avec des têtes plombées de 1,5 à 5gr auxquels vous ajoutez des petites ondulantes dorées et argentées et vous avez la boîte parfaite.

 

Vidéo

 

La vidéo de ce reportage est en cours de montage. Merci de votre compréhension.

 
 
Fédération de la Manche pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique
16 Rue du Pont l'Abbé BP 89 - 50190 PERIERS