Reportage n°5 - Les Marais du Cotentin (50)

Reportage n°2 - La Sienne (50)
Reportage n°5 - Les Marais du Cotentin (50)
Reportage n°7 - La Sée et la Sélune (50)
Reportage n°11 - L'Egrenne et la Sonce (61 et 50)
Reportage n°12 - La Sée (50)
Reportage n°19 - Le Nord Cotentin (50)
Reportage n°24 - La Vire (50)
Reportage n°25 - La Sée (50)
Reportage n°27 - La Sienne (50)

Reportage n°5 : Pêche dans les Marais du Cotentin (50)

 

 

 


Notre cinquième destination nous emmène à la découverte des carnassiers qui hantent les marais du Cotentin et du Bessin.

 

Station n°1 : Saint Côme du Mont

La première station se trouve sur la commune de Saint Côme du Mont au lieu-dit la rue Mary. Située sur le territoire du Parc Naturel Régional du Cotentin et du Bessin. La Douve est ici gérée par l’AAPPMA La Flottante Carentanaise, bien que les eaux soient classées en domaine public fluvial.

Pour cette matinée, la pêche se fera depuis le bord. Deux équipes sont constituées pour découvrir la partie amont et aval de ce secteur. C’est dans une lumière blafarde ou la terre et le ciel se confondent, que nous descendons sur la partie aval du secteur, accompagné de Philippe et Greg. La rivière, large d’une vingtaine de mètres, forme ici une grande ligne droite. Quelques saules poussant sur la bordure ainsi qu’une série de barques amarrées, forment des  postes évidant que nous allons nous appliquer à exploiter avec différents leurres.

Ce secteur est réputé pour ses brochets, mais les belles perches sont apparemment bien présentes ainsi que des sandres de fort belle taille dont la pêche semble irrégulière. La profondeur moyenne de ce secteur avoisine les deux mètres. Il est un peu tard en saison pour trouver d’éventuels herbiers qui concentrent souvent les poissons dans ce type de milieu. Nous allons alterner leurre souple et poisson nageur pour ratisser cette étendue d’eau. Il est clair que quelques déclivités et autres petites structures abritent des carnassiers, mais nous ne parvenons pas à les découvrir. Il faudrait pêcher plus lentement mais malheureusement nous n’en avons pas le temps. Aussi, la ligne droite défile sans que nos leurres ne rencontrent de prédateurs.

Au terme de la grande prairie, la rivière est rejointe par un petit cours d’eau, la Sèves. Au niveau de la confluence, la largeur du cours d’eau augmente. Quelques blancs signalent leur présence par de petits sauts et autres marsouinages. Tout le secteur est d’ailleurs classé pour la pêche de la carpe de nuit.

La première touche est pour moi. C’est un petit brochet qui vient de se jeter sur un poisson nageur que je ramené le long de la rive. Cette espèce trouve ici un lieu favorable à sa reproduction, en effet les nombreux fossés et canaux liés à l’irrigation offrent un support idéal pour la reproduction. Dans l’instant qui suit c’est au tour de Greg de se retrouver avec un poisson un peu plus gros sur son leurre souple. Malheureusement, ce denier se décroche alors que Philippe réalise une série de clichés du combat.

Nous insistons un peu sur cette zone avant de reprendre la prospection vers le pont SNCF qui se trouve une centaine de mètres en aval. Le fond devient un peu plus important (environ 4m) et des pierres se trouvent en bordure et dans le lit du cours d’eau. Ces cailloux et la fosse en aval du pont font parti des postes de premier ordre pour les perches et les sandres. Malheureusement pour nous, nous ne parvenons pas à déclencher de touche.

Pour ceux qui envisagent de se rendre sur les marais, il est certain que cette fosse en début d’hiver est à prospecter de préférence en bateau, à la verticale, de manière à « fouiller » autour de chaque caillou. Il est important de la pêcher avant que les marais ne « blanchissent », c'est-à-dire que les prairies ne se recouvrent en période de crues. Il ne faut pas perdre de vue que la totalité des herbages que vous apercevez sur les photos sont recouverts pendant plusieurs mois de l’année.

Nous n’insistons pas et passons sur l’autre rive pour exploiter à nouveau la confluence de la Sèves en amont du pont.

Le temps de reprendre un petit brochet au poisson nageur et il nous faut déjà rejoindre le groupe pour nous diriger vers la seconde station. Il est clair que toutes les confluences sont des postes de premier choix pour l’ensemble des espèces.

L’autre groupe est moins chanceux que nous car ils n’ont pas eu la moindre touche. Peut être que nous ne sommes pas au bon moment de la marée. En effet, des portes à flot, situées à 4 km du lieu de pêche, régulent les entrées et sorties d’eau du Marais en fonction des marées. Ces fluctuations de débit ont un rôle important sur l’activité des poissons. D’une heure à l’autre, le courant peut changer et votre résultat de pêche aussi.

Ce secteur est idéal pour la pêche du bord, facile d’accès et bien dégagé. Les débutants trouveront ici un terrain de jeu facile à exploiter. La densité de carnassiers est bien réelle comme en atteste les trois brochets pris sur un linéaire de 20m. Mais, même dans ce type d’endroit les poissons se méritent et ne mordent pas tout le temps. Le meilleur conseil que je puisse donner à celui qui se rend sur ce type de milieu est de ne pêcher dans un premier temps que les endroits singuliers. Ils regroupent toujours au moins quelques carnassiers. Quelques leurres souples peu plombés (entre 4 et 10gr), une paire de cuillères tournantes et spinnerbait, quelques poissons nageurs peu plongeants et suspendeurs et vous voilà prêt á découvrir un milieu atypique.

 

Station n°2 : Liesville sur Douve

Pour la seconde destination, nous mettons les embarcations à l’eau dans le bourg de Liesville sur Douve au niveau du bar de l’anguille. Nous sommes toujours sur le territoire du PNR des marais et sur du domaine public, mais cette fois nous sommes sur l’AAPPMA le Gardon Chef du Pontais. 

 La rivière est ici moins large et la rive la plus profonde (entre 2 et 3m) est boisée. Le temps de nous mettre en place et quelques chasses de perches éclatent. Nous les tentons rapidement, mais ne nous attardons pas. Nous cherchons les brochets qui devraient être embusqués dans les bordures. Quelques tiges de nénuphars résistent encore, mais sont trop clairsemées pour abriter un carnassier de taille conséquente. Pendant deux heures, nous allons descendre le cours d’eau à la recherche, d’un poisson digne de ce nom. Après le ratissage en règle d’une petite île située à 1km de la mise à l’eau, Benjamin qui pêche en Float tube se retrouve aux prises avec un gros poisson dans un tas de bois. Il s’agit en fait d’une carpe comme en atteste l’écaille présente sur son hameçon…La profondeur à ce niveau du cours d’eau est inférieure à 2m.

Nous renonçons aux brochets pour nous concentrer sur les perches. Nous allons exploiter la rive boisée avec des plombs palette et des petits leurres souples. Les poissons ne sont pas bien gros, mais il y a de la densité. Quelques spécimens avoisinent les 30cm. Il y en a tout le long des bois. Greg nous confirme la présence de poissons de 40cm et plus, mais nous ne parvenons pas à les décider.

 

Le sondeur nous révèle régulièrement de belles concentrations de poissons blancs. Les plus jolies perches sont autour de ces bancs. Nous en prenons jusqu'à la tombée de la nuit.

 

Sur l’ensemble du linéaire parcouru le fond est régulier et « propre », nous n’avons pour ainsi dire jamais accroché les leurres sauf dans les bois en bordure. La partie amont que nous n’avons pas exploité, est constituée d’une grande ligne droite pendant laquelle la rivière s’élargie avec la confluence de la Douve et du Merderet à ne pas négliger.

 

 

 

Le matériel à prévoir.

Pour les deux stations, un ensemble brochet/sandre constitué d’une canne de 2,10m à 2,70m avec une puissance comprise entre 10-40gr et 15-60gr, fait parfaitement l’affaire. Le moulinet garnit avec une tresse en 15 ou 17centième vous permet de pêcher sereinement même en bordure des nénuphars à la belle saison. Pensez à prendre une épuisette avec un manche assez long si vous êtes du bord, les berges sont relativement hautes. Si vous souhaitez vous amusez avec les perches, une canne d’une longueur de 1,80m ou de 2,10m avec une puissance comprise entre 2-7gr et 5-25gr, vous permettra d’animer correctement les petites cuillères, petits poissons nageur et autres petits leurres souples colorés. Le secteur est idéale pour les jeune pêcheur en herbe.

Pour les personnes ne pratiquant pas la pêche, la Maison du Parc des Marais située aux Ponts D’Ouve offre la possibilité de visiter des expositions, des observatoires ornithologiques et propose également en saison des animations à thème. Une visite des marais est également possible en bateau. Cette excursion part des Ponts d’Ouve, et passe par Liesville sur Douve.







 
 
Fédération de la Manche pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique
16 Rue du Pont l'Abbé BP 89 - 50190 PERIERS