Reportage n°6 - Le Lac de Rabodanges (61)

Reportage n°1 - La Touques Amont (14 et 61)
Reportage n°3 - La Rouvre (61)
Reportage n°6 - Le Lac de Rabodanges (61)
Reportage n°9 - L'Huisne (61)
Reportage n°11 - L'Egrenne et la Sonce (61 et 50)
Reportage n°16 - La Sarthe (61)
Reportage n°18 - Le Sarthon (61)
Reportage n°21 - La Sarthe Amont
Reportage n°23 - L'Udon (61)
Reportage n°26 - L'Orne (61)
Reportage n°30 - La Varenne (61)

Reportage n°6 : Pêche sur le Lac de Rabodanges (61)

 

 


 

 

Notre sixième et dernière destination de l'année nous emmène à la découverte d'un lac, le lac de Rabodanges dans l'Orne.

 

Présentation en quelques mots du Lac de Rabodanges

Pour la dernière sortie annuelle, nous vous invitons à nous suivre sur la retenue EDF de Rabodanges. Située dans le département de l’Orne entre les communes de Putanges-Pont-Ecrepin et de Rabodanges, ce barrage d’environ 90 hectares, construit sur l’Orne en 1960, offre aux passionnés de carnassiers un terrain de jeu idéal pour les pêches hivernales.

En effet, les profondeurs importantes sur l’aval de la retenue (entre 15 et 18m) permettent de trouver des carnassiers actifs pendant toute la saison froide. D’un point de vue réglementaire, nous nous trouvons ici sur l’AAPPMA de l’Hameçon Putangeois qui adhère à l’Entente Halieutique du Grand Ouest.

Pour les amateurs de pêche au coup, sachez que le lac recèle d’une belle population de gros cyprinidés. Nos amis les carpistes ne sont pas en reste, des parcours de nuit sont à leur disposition pour se mesurer aux belles Communes de Rabo.

En cette fin de saison, nous mettons les bateaux à l’eau dans la Base Nautique située en aval du Pont de Sainte Croix. Cette mise à l’eau est disponible hors saison à condition de ressortir les véhicules et remorques sur les parking extérieures.

La mise à l’eau principale est aménagée tout en amont du lac, rive gauche sur la commune de Putanges. Cette dernière est à privilégier sur le début de saison et sur les crues quand les poissons remontent en tête de plan d’eau. De même, les gros bateaux gagnent à utiliser cette mise à l’eau bétonnée. Une fois en navigation sur le plan d’eau, la vitesse est limitée à 6km/h. Vitesse que nous ne dépasserons pas car nous utiliserons uniquement des moteurs électrique. C’est là un des points forts de ce barrage : il est grand, mais pas trop.

Le fait qu’il soit encaissé dans la vallée de l’Orne, il épouse une forme allongée et offre des paysages magnifiques tout au long de ses berges. Les rives ne sont jamais loin l’une de l’autre et les postes nombreux permettent de pêcher tout le temps sans trop se déplacer.

Bien entendu, certains postes sont plus évidents que d’autres, le pont est un des meilleurs exemples. Les piles de ce dernier abritent toute l’année, sandres, perches et brochets. De même les nombreux arbres immergés sur les bordures offrent de belles perspectives à la belle saison quand le lac est plein. Les parties avec des tombants rocheux, en plus de fournir des caches, vous indiquent les parties les plus profondes. Elles sont de tout premier ordre pour la recherche des jolis sandres. Ainsi, même celui qui ne connaît pas le lac trouvera aisément de quoi pêcher en confiance.

 

 

Compte rendu de notre sortie de pêche

 

Nous pêcherons sur un lac au niveau bas, et qui continuait de baisser. Nous avons trouvé de grosses quantités de cyprinidés au sondeur avec de jolis échos de carnassiers à proximité. Mais ces bancs se déplaçaient vite, si bien qu’il nous était difficile de prendre autre chose que quelques perches de taille moyenne en prospectant au plomb palette avec de longues pauses sur le fond. Nous avons ensuite tenté de pratiquer en verticale pour trouver de plus jolis poissons.

Avec Philippe, nous prendrons un joli sandre et plusieurs touches sous le pont. Le bateau de Benjamin trouvera quelques perches supplémentaires sur les extérieurs du pont. Nous partirons ensuite en prospection sur la rive gauche en aval du pont. Chacun des bateaux prendra un brochet. Au leurre souple pour Philippe et à la lame métallique pour Benjamin.

 

Pour la seconde moitié de journée, nous remontons le plan d’eau. Au sortir de la mise à l’eau, je touche un nouveau brochet sur un shad en verticale. Nous décidons alors de les rechercher spécifiquement. Nous allons passer au crible un bon kilomètre de bordure boisée. Mais nos spinnerbaits et autres crankbaits ne trouveront pas preneur.

Tant pis, nous reviendrons en fin de printemps. Nous nous rendons ensuite sur la partie amont du plan d’eau. La profondeur maximum est alors de cinq mètres. Nous allons rechercher les sandres au leurre souple en lancer-ramener et en verticale. Seule cette dernière technique nous livrera quelques touches et un petit brochet.

En fin de journée, nous rejoignons le second bateau, qui vient de prendre une vingtaine de perche entre 20 et 40cm, au plomb sous une série de pontons.

 

 

La pêche se termine avec plus de brochets pris que de sandres, chose assez exceptionnelle sur ce lac. En effet, en raison du marnage printanier, les brochets éprouvent des difficultés à se reproduire. Cependant au regard de notre sortie, il semblerait que la frayère mise en place sur la partie amont du lac commence à porter ses fruits.

Rassurez vous, la population de sandre est bien réelle, malheureusement ces derniers sont sensibles aux variations de niveau. Aussi, un niveau stable ou en hausse et très bon, en revanche un niveau qui baisse rend la pêche plus difficile.

 

Pour ceux qui souhaitent se rendre sur le lac à la belle saison, nous vous conseillons d’être vigilant envers les skis nautiques et de respecter l’ensemble des usagers. Une partie en amont du plan d’eau est interdite aux skis nautiques. Si vous souhaitez pratiquer en plein milieu du lac, faites le de préférence sur cette zone.

Par ailleurs, si vous souhaitez découvrir la région en famille, sachez qu’un GR longe une partie du lac et se poursuit en Suisse Normande au cœurs de somptueux paysages. Un bateau, le Val d’Orne sillonne le lac en proposant des prestations de restauration avec une visite commentée du site. Enfin pour les pêcheurs pointilleux qui souhaitent découvrir des postes moins évidents, un plan topographique du lac est en vente au prix de 8 euros auprès de la Fédération de Pêche de L’Orne.

 

Le matériel à prévoir 

 

Si une partie des rives du lac sont accessibles, c’est en bateau que vous pourrez exploiter le plan d’eau au maximum. Comme je l’ai mentionné plus haut, un moteur électrique fait parfaitement l’affaire si vous vous cantonnez à exploiter seulement une moitié du lac. Dans le cas contraire prévoyez deux batteries. Les adeptes du Float-tube trouveront ici un terrain de jeu idéal.

Pour le matériel à embarquer, prévoyez des cannes entre 1.80 et 2.10m, pour des puissances comprises entre 5-25gr et 10-40gr. La plus légère vous permet de rechercher les perches et les sandres sur des petits leurres en linéaire, au drop shot et en verticale. Alors que la seconde vous permet de chercher les sandres et les brochets avec des leurres plus conséquents en verticale comme en linéaire.

Les moulinets doivent être garnis de tresse entre 10 et 20 centièmes pour toutes les pêches profondes.

Au niveau leurres prévoyez :

Des plombs palettes entre 15 et 25gr, un assortiment de shad et finess entre 9 et 13cm. Les couleurs qui donnent des résultats réguliers sont : chartreuse, blanc, marron, vert et orange, blanc dos gris et blanc dos bleu.

Pour la verticale prévoir une série de têtes plombées entre 14 et 28gr. En linéaire, un assortiment entre 7 et 14gr vous permettra de faire face à l’ensemble des situations.

Si vous comptez prospecter les structures en pleine eau, l’utilisation d’un sondeur est plus que conseillée.

Gaël Even

 

 
 
Fédération de la Manche pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique
16 Rue du Pont l'Abbé BP 89 - 50190 PERIERS