La 2ème phase des travaux sur le Trottebecq touche à sa fin.

Introduite en 2000 par la directive cadre sur l’eau, la notion de continuité écologique d’un cours d’eau se définit par la libre circulation des organismes vivants et leur accès aux zones indispensables à leur cycle de vie mais aussi le transit des sédiments et du fond. C’est dans ce cadre que des travaux de restauration ont été entrepris en octobre 2020 sur le Trottebecq. La première partie avait consisté à réaliser  la suppression de l’ouvrage d’alimentation du canal d’amenée aux Douves. Cet ouvrage, non franchissable pour la faune piscicole laisse place aujourd’hui  à une passerelle piétonne sur un large radier.

Aujourd’hui, la seconde partie se finalise, elle avait pour objectif de remettre une partie du cours d’eau dans le Talweg (lit historique de la rivière) sur plus de 500 mètres. Ces travaux ont permis d’augmenter le linéaire de cours d’eau mais aussi d’éviter certains obstacles aux poissons, dont migrateurs amphihalins (poissons migrateurs vivant alternativement entre l’eau salée et l’eau douce).  Ces actions ont été financées à 90% par l’Agence de l’Eau Seine Normandie et 10% à la charge de la Commune de Cherbourg en Cotentin et de la Fédération Nationale pour la Pêche en France

L’entreprise Fossey Leblond à réaliser une fois de plus un travail remarquable. La FDAAPPMA de la Manche avait la gestion de la maitrise d’ouvrage et la maitrise d’œuvre sur ce chantier.

La Fédération Départemental de Pêche de la Manche va maintenant labelliser un parcours « passion » sur ce nouveau linéaire.

Retrouver notre vidéo en cliquant sur la photo :

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *